Nous ignorons souvent le pouvoir considérable que la presse exerce sur notre perception de la réalité. Lorsque nous ouvrons les journaux ou que nous balayons les dernières nouvelles sur nos smartphones, nous sommes confrontés à un flot d’informations qui façonne nos pensées, nos croyances et nos comportements. Les personnes que nous n’avons jamais rencontrées, les lieux que nous n’avons jamais visités et les problèmes auxquels nous ne sommes pas confrontés peuvent tous prendre forme et substance dans notre esprit grâce à ce que nous lisons dans la presse. C’est pourquoi il est important de comprendre comment la couverture médiatique oriente le discours public.

Le journalisme moderne dispose d’un certain nombre de techniques pour entraîner l’opinion publique. L’angle de l’histoire, le choix des mots, la sélection des sources et la mise en page de l’article sont autant de moyens puissants de mettre en valeur certains aspects d’un sujet. Par exemple, en mettant en avant les opinions de certaines personnalités influentes, en soulignant certaines statistiques plutôt que d’autres ou en utilisant un langage émotionnel spécifique, la presse peut créer des tendances affectant le discours public et le paysage politique.

Prenons un cas d’étude concret pour illustrer l’effet de la presse sur nos mentalités. Un bon exemple serait la couverture médiatique de la crise des réfugiés en Europe. En fonction du média, le discours pourrait stigmatiser l’arrivée des réfugiés comme une menace pour la société ou au contraire souligner la nécessité d’humanité et de solidarité dans une telle crise. Tout cela se reflète dans l’opinion publique, qui est souvent influencée par la façon dont les informations sont présentées dans les médias. De même, la façon dont la presse a traité la pandémie de COVID-19 a eu des impacts importants sur la façon dont les populations ont réagi face à la menace du virus.

En fin de compte, bien que nous tenions pour acquis notre libre arbitre et notre capacité à penser par nous-mêmes, nous ne devons pas sous-estimer l’influence de la presse sur notre réalité. Les informations que nous consommons façonnent notre perception du monde, nos attitudes et nos comportements. Il est donc essentiel pour nous d’être conscients de cet effet “papillon”, non pas pour le rejeter, mais pour le comprendre et le prendre en compte dans notre analyse critique du monde qui nous entoure. Nous devons prendre du recul, questionner les sources et ne jamais cesser de chercher à comprendre le monde par nous-mêmes.