ActuMédias.fr | Webzine 100%  culturel & musique  Chroniques et Interviews !

THE LIGHTS OF OPERA À L’ALHAMBRA

 

Les plus grands airs d’opéra sont dans l’inconscient collectif. Musique d’attentes, Publicités, ambiances de séries ont bercé un large public, sans même qu’il  le réalise véritablement. On peut ainsi parler de véritables « tubes » de l’opéra, autant d’airs très connus mais souvent non-identifiés par tous.

Or, les grandes institutions  montent toujours  les oeuvres  en entier (souvent plus de 3h) et « ne se permettent pas » de réunir les plus grands airs au sein d’un même spectacle. Trop vulgaire, incohérent, irrespectueux?  Et si c’était le contraire : L’idée est de monter le  show  qui fait entendre ces airs les plus connus, sous un jour accessible, et sans les longueurs, ni le background de culture générale parfois nécessaire pour apprécier une forme longue .

Un florilège, oui,  mais davantage qu’un best-of . La cohérence vient de l’émotion que ces « tubes » suscitent toujours : le fil rouge  est qu’ils ne sont pas devenus des airs célèbres par hasard… Pourquoi l’air de  la Reine de la Nuit a toujours un impact dément sur l’auditeur? Pourquoi ces notes très aigues, qu’on raille un peu à l’écoute de Florence Foster Jenkins (le film « Marguerite » avec Catherine Frot), fascinent encore?  Que peuvent-elles encore susciter à part l’étonnement? Pourquoi Carmen trouble encore quand elle nous lance  « Prends garde à toi ! » ?  Ces questions,  qui se déclinent à chaque extrait , « the Lights of Opéra » veut y répondre en rassemblant ces oeuvres sous le même éclairage et en donnant quelques clés pour se les réapproprier . Des « airs-stars » : un show hommage au classique populaire.

Il fallait le bon ecrin pour ces classiques véritablement populaires. Rappellons que le théâtre qui a vu naître à l’époque la Flûte Enchantée ( théâtre de Schikaneder, dans les faubourgs de Vienne) était fréquenté par un public plus populaire que celui d’une salle d’opéra habituelle . L’Alhambra répond parfaitement à cette ambition : les publics peuvent s’y rencontrer. A taille humaine, il est à la fois majestueux, sur-équipé, et modeste.

Sur-titrages en français et en anglais, mise en espace mettant l’accent sur les lumières, sonorisation affirmée, comme dans les concerts de chansons. Des Jeunes artistes de grande qualité se voient offrir la possibilité d’aborder les rôles de leur rêve,  d’habitude réservés au ghotta des stars du lyrique. Ins ne chantaient ces airs qu’en audtion ? Sans complexes , on retrouve à traveurs eux l’essence même de ce qui a fait de ces airs célèbres, des succès éternels : la qualité des mélodies et de leur expressivité. Des tubes ! On se détache un peu du décorum et des mille traditions d’interprétation qui entourent ces pièces d’anthologie, tout en les respectant à la note près: ce n’est pas un « cross-over ». L’orchestre est conséquent (25 artistes sur scène), le chef a la double expérience classique et variété : Stanislas (créateur de la chanson classique-pop « Le Manège).

Entre les airs, on  apprend quelque chose sans presque s’en rendre compte : quelques repères pour situer l’action, on pose des questions en surtitrage, on évoque une émotion. Des « pastilles » en voix off , jouées entre les airs, mystérieuses,  sensibles ou amusantes, qui permettent de mettre l’auditoire  en condition d’apprécier véritablement l’air qui suit. On joue avec la rupture des conventions théatrales, tout en gardant l’apparat d’une vraie « soirée de gala ».

The Lights of Opéra  : classique et populaire. L’Arlésienne de tous les ensembles musicaux, mais rarement mis en oeuvre véritablement. C’est le cas ici

Théâtre L’ALHAMBRA

4 DATES EXCEPTIONNELLES !

du 28 au 31 décembre 2019

du mardi au samedi à 21h30

Direction d’orchestre et artistiqueSTANISLAS

création lumières Dimitri VASSILIU

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos du rédacteur

Associeé , Journaliste Actumedias.fr

Rédiger une réponse