ActuMédias.fr | Webzine 100%  culturel & musique  Chroniques et Interviews !

La voix des sans voix, une pièce poignante et émouvante , écrite, interprétée et mise en scène avec brio, par Nicolas Vitiello sur la scène du Théâtre Grévin, le comédien que nous avons retrouvé avec une immense joie  lors d’une interview chaleureuse comme on les aime sur Actumedias

 

Interview réalisée par Djazia Benhabilés 

Djazia Benhabilés:  Bonjour Nicolas Vitiello, bienvenue à toi sur Actumedias . D’ou t’es venu cette envie d’écrire et mettre en scène l’histoire de l’Abbé Pierre ?

Nicolas Vitiello:  Suite aux attentats de Charlie Hebdo, j’ai été bouleversé comme beaucoup de français. Mais le pire, c’est lorsque j’ai vu un reportage sur les deux jeunes frères dans les années 90. Ils répétaient leur rap comme moi je répétais mes pièces sur des scènes de MJC, on avait le meme âge, on venait du même milieu social, on s’habillait pareil. Une question m’a alors hanté. Pourquoi moi j’ai réussi à m’en sortir, pourquoi eux ont pris des armes et on fait des horreurs. Ma foi m’a très vite guidé vers l’abbé Pierre, dès les premières pages, j’ai trouvé des réponses. L’envie d’en faire un spectacle a été immédiat!

Djazia Benhabilés:  J’imagine que pour arriver à cette exactitude et à cette précision tu as certainement énormément travaillé , comment as tu procédé et surtout combien de temps?

Nicolas Vitiello:  J’ai d’abord dévoré le livre « Testament » de l’abbé Pierre, j’en ai ressorti 70% de mon spectacle. J’ai ensuite épluché des heures et des heures d’interviews, d’archives de l’ina, de vieux journaux que des amis me donnaient. J’ai découvert l’homme exceptionnel, brillant, drôle et si humain. J’ai ensuite rassemblé tout ce qui me semblait intéressant à raconter aujourd’hui, dans le contexte politique et social actuel. Ainsi le ton didactique et chronologique a été une évidence. Comprendre pourquoi et comment un homme, sorti de nul part, a réussi à changer le monde, avec amour et compassion. J’ai ensuite envoyé mon texte à Emmaus Internationale (légataires universels de l’abbé) en tremblant, car j’avais fait tout ce travail sans demander l’autorisation au préalable. Ils m’ont convoqué, et m’ont donné leur aval, en apportant quelques corrections, précisions, et même d’anecdotes plus personnelles. Il m’a fallu une bonne année pour construire tout ceci

 

« Il n’y a qu’une règle pour gagner le paradis: « Aimer tant qu’on en a la force, c’est tout… » 

 

Djazia Benhabilés:   je t’ai connu à tes débuts dans un célèbre télé crochet, pourrions nous dire que tu as trouvé ta voie sur les planches , ou pourquoi pas tu pourrais encore utiliser ta voix pour chanter ?
Nicolas Vitiello:  Je pense que mon meilleur rôle est d’avoir fait croire à un jury de professionnel d’avoir été un excellent chanteur. Blague à part, je ne suis pas contre le fait de revenir au chant. Il faut que l’idée me botte. Mais ce n’est pas ma priorité. Je suis trop heureux sur les planches

Djazia:  Aurais tu d’autres dates après celles prévues en octobre pour «Les voix des sans voix»?

Nicolas:  Après cette cession au théâtre Grevin, j’imagine un des projets les plus fous de ma vie. Et je te le donne en exclusivité! Pendant ma tournée de La Voix des Sans Voix, beaucoup de compagnons et de bénévoles d’emmaus sont venus me voir, et me suppliaient d’aller jouer chez eux, dans leur communauté… Mon planning et l’organisation complexe d’un spectacle ne me le permettait pas en l’état. M’est venu alors cette idée un peu dingue que j’essaie de mettre en place. Organiser une grande tournée d’été, faire le tour de France en caravanes et barnum, et aller jouer dans les communautés d’Emmaus aux 4 coins du pays et chez nos voisins francophones. J’aimerais embarquer avec moi dans cette aventure d’autres artistes, des circassiens, spectacles pour enfants, et même de grosses vedettes de la chanson, de l’humour et pourquoi pas de grands chefs qui cuisineraient dans des food trucks. Je souhaite que ce gros spectacle soit gratuit, mais qu’en échange les spectateurs aillent acheter au moins un objet dans les boutiques Emmaus. Pour ça j’ai besoin de sponsors, d’une chaîne tv, d’une radio… Affaire à suivre..

Djazia:   J’ai cru comprendre que la pièce a été joué il y a deux ans au festival d’Avignon, quel a été l’accueil du public ?

Nicolas:  J’ai effectivement joué mon spectacle dans la magnifique chapelle du Théâtre du roi René au festival Off d’Avignon 2017. J’ai joué ma première devant 4 personnes, le lendemain 8, puis 16…puis 40… etc etc etc seul le bouche à oreille a fonctionné, et aussi le coup de pouce d’une actrice qui était venue me voir et conseillait à tous ces spectateurs chaque soir de venir m’écouter : la merveilleuse Clémentine Célarié. Les gens m’attendaient systématiquement pour me serrer fort dans leur bras, me remercier… je n’avais jamais s vécu autant d’humanité intense à la sortie d’un spectacle.

Avec mon Producteur et surtout ami Frank Leboeuf, on s’est dit que malgré l’énorme difficulté d’Avignon, nous avions pour devoir de nous battre pour faire vivre ce spectacle le plus longtemps possible
Djazia:  J’ai entendu dire que de nouveaux projets seraient en préparation avec ton compère Frank Leboeuf, tu peux nous en dire plus ?
Nicolas:  J’ai écrit une comédie de dingue que nous jouons en ce moment en tournée dans toute la France avec mon Franky, Christine Lemler, Georges Beller, Michèle Kern et Veronique Demonges… et quelle tournée! Nous avons près de 80 dates! Un bonheur! La pièce durait en répétition 1h40… elle dure en public 2h tellement il y a de rires. Nous vivons un rêve éveillé avec notre troupe, et dans troupe il y a les acteurs, mais aussi et surtout nos amis de la technique et de la production. Nous sommes une famille et nous nous aimons fort. Le public reçoit et nous rend cette amour au centuple.
Djazia:  Un dernier mot Nicolas ?
Nicolas:  Je vais citer l’abbé Pierre: «Nous avons le devoir de vouloir être heureux!». Battez vous pour être heureux. Être heureux un un devoir, pas un droit! Il faut se battre chaque jour pour y goutter! Et votre meilleure arme est l’amour
Merci mille fois à Nicolas, merci d’avoir parlé d’amour , de générosité et d’humilité à une époque où nous sommes tous devenus amnésiques 🙏🏽
Courez vite voir  « La voix des sans voix »  tous les Lundis du mois d’octobre à 20h30 au magnifique Théâtre Grévin 
Auteur, comédien et Metteur en scène: Nicolas Vitiello

 

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos du rédacteur

Associeé , Journaliste Actumedias.fr

Rédiger une réponse