ActuMédias.fr | Webzine 100%  culturel & musique  Chroniques et Interviews !

N’hesitez pas à ecouter cette petite perle! Voici le conseil que nous pouvions vous donner en ce début de saison estivale. Elle s’appelle Mika Hary, et elle a répondu à nos questions lors de son concert à l’incontournable  Jazz club le Duc des Lombards à Paris

 

Djazia Benhabilés : Bonjour Mika Hary, a quel moment as tu su que tu voulais être chanteuse?

Mika Hary : Honnêtement, autant que je m’en souvienne, si vous demandez à ma mère, elle vous dira comment je me serais tenu en haut des escaliers à 3 ans et j’aurai tenu la rampe comme si c’était un micro et j’aurai dit : « Chut tout le monde maintenant je chante ». Chanter était une partie naturelle de mon enfance, c’était présent tout le temps. J’étais entouré par la musique parce que mes parents avaient réalisé combien j’aimais ça et m’emmenèrent découvrir différentes activités musicales.
Le changement vers une carrière professionnelle ne s’est pas fait du jour au lendemain. Ce n’était pas comme si j’avais réalisé subitement que la musique était ce que j’avais toujours voulu faire, ce fut juste une douce transition d’une activité sympa, d’un hobby vers quelque chose de plus en plus professionnel et en prenant les choses plus sérieusement

Djazia Benhabilés: Quelles d’intérêt t’es inspirations ?

Mika Hary: Mes inspirations musicales sont justes de vraiment belles musiques, des mélodies, des histoires. Cela peut être de tout style, de la folk au blues en passant par le bluegrass et la country, musique israélienne, américaine, brésilienne… C’est un gros mix, mais ce qui m’emporte réellement à la fin est la chanson en elle-même. J’aime les grandes voix ; les bons chanteurs, les bons sons mais la CHANSON est la meilleure chose. J’aime les bons auteurs. Des plus anciens, Joni Mitchell et Paul Simon à ceux d’aujourd’hui, James Blake et Laura Marling et Feist. Et ensuite bien j’ai adoré les incroyables performances avec des genres plus variés comme Mickael Jackson, Nina Simon, Jonny Cash et Maria Callas. Ce n’est pas seulement la musique qui m’inspire. Je prends de la musique sous d’autres formes d’art comme par exemple la poésie. J’essaye de lire tous les jours ces derniers temps. La littérature aussi. Les films m’inspirent également. La nature aussi. Je marche tous les jours le long de la plage. J’habite à Jaffa à côté de la mer, et j’en profite. Je marche le long de la mer tous les jours et le grand bleu nettoie mon esprit et me permet de faire émerger de nouvelles idées, spécialement lyriques.

D.B : Un message particulier à transmettre à travers les paroles de tes chansons ?
M.H : Je n’ai pas d’objectif particulier pour communiquer, j’essaye juste d’écrire ce qui me passe par la tête et les choses qui me viennent sont les choses qui brulent en moi. Les choses qui m’inspirent me donner de l’énergie pour avancer. Je pense qu’une chose très importante pour moi est la féminité et comment elle est conçue de nos jours, la capacité pour une femme de faire les choses elle-même ne dépend pas seulement des autres (hommes), en se forgeant elle-même, créant son propre monde, faisant ses propres choix, au regard de ce que les gens pensent ou disent. Pour être plus fort et suivre ses rêves, et être une jeune mère (j’ai un petit garçon de 10 mois) donc c’est aussi quelque chose avec lequel je dois vivre maintenant. Etre capable d’être une mère tout en poursuivant mes rêves. De plus, le message de paix et d’acceptance de l’autre comme ton propre toi est quelque chose sur lequel je n’écris pas mais ça me passionne. Je n’ai pas été capable de le communiquer au travers de mon écriture pour le moment et il est compliqué de composer avec les problèmes politiques, MAIS quand je participais à de magnifiques hommages à Barbara, à la Philharmonie, j’ai fait une chanson en 3 langues différentes : français hébreu et arabe. La chanson possède un message magnifique contre la violence et c’était un moment puissant pour moi. La musique a réel pouvoir de connecter les gens, c’est la chose la plus forte qu’il me vient à penser lorsque l’on en arrive au sujet de l’art.

D.B: parle nous de ton univers
M.H J’essaye de créer une atmosphère colorée et intime pour apporter un sentiment cinématographique à l’album pour permettre aux auditeurs de réellement se plonger dans les chansons et entendre l’histoire que je souhaite réellement raconter. Pour mettre en avant la voix et l’histoire. C’était important pour moi qu’il y ait une réelle identité sonore à l’album mais que ça ne fasse pas d’ombre à l’histoire forte qui est racontée. C’est peut-être mon côté vieux-jeu

D.B:  Sunny came Home est autobiographique?

M.H : Malheureusement, Sunny Came Home n’est pas une chanson que j’ai écrit … si seulement. Mais Shawn Colvin l’a écrit. Je fais une reprise parce que j’aime le mystère et la puissance des sentiments que ça me procure, en tant qu’auditeur et qu’interprète. Je pense que ça parle de laisser son passé derrière soit, d’aller de l’avant. Et une fois de plus, la force féminine vient au-devant de la scène ici.

D.B : Comment te prépares tu avant un concert ?
M.H: Je répète avec le groupe, je m’entraine chez moi sur les chansons avec mon piano en essayant toujours de trouver une nouvelle manière de me connecter avec elles, même si je les ai déjà chanté tellement de fois déjà. Je les joue encore et trouve comment elles me sont encore pertinentes aujourd’hui. J’écoute d’anciens live et enregistre les répétitions et je pense à ce que j’aimerai améliorer. Et mentalement, j’essaye de rester concentrée pour rester connectée tout le temps. Je fais du yoga, je médite, pour m’entrainer à connecter mon esprit et mon corps, juste quand je joue cette chanson.

D.B: Quel effet ça te fait quand tu es comparée à Diana Karll?
M.H : Je trouve ça très flatteur bien sûr, elle est une chanteuse extraordinaire et j’adore la manière dont elle joue du piano. J’aurai tellement aimé jouer comme elle ! Mais bien sûr, en ne parlant que du style, elle bien plus traditionnel jazz que je ne le suis. Donc je pense que la comparaison est compliquée à faire, stylistiquement parlant parce que pour moi, l’écriture des chansons est une grosse part du travail

D.B : Merci à toi

 

Le petit cadeau de la jolie Mika Hary au XIX lecteurs d’Actumedias au Duc des Lombards

 

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos du rédacteur

Associeé , Journaliste Actumedias.fr

Rédiger une réponse