ActuMédias.fr | Webzine 100%  culturel & musique  Chroniques et Interviews !

Interview « J’aime l’homme Robinson » : Marjolaine Piémont nous explique son EP « Presqu’un animal »

Djazia Benhabilés : Bonjour Marjolaine, nous sommes ravis  de t’accueillir aujourd’hui, mais tu es très brillante dis moi …(rires)

Marjolaine Piémont: Merci ( sourires) ça doit être ce beau canapé, ces dorures .

Djazia Benhabilés : Oui il ne manque plus que les bougies

Dis moi,Marjolaine dans ton premier EP, tu te définis comme étant « Presque un Animal » , que voulais tu dire par là ?

Marjolaine Piémont : Sur la pochette on voit un homme nu et moi ; alors qui de nous deux est l’animal ?
J’aime semer le doute…

Djazia Benhabilés : si tu étais un animal, tu serais lequel ?

Marjolaine Piémont: Un homme ( rires)

Djazia Benhabilés : Et les hommes tu les aimes ( sourires)

Marjolaine Piémont : Oui je les adore, et j’aime revendiquer ma place de femme auprès d’eux.

Djazia Benhabilés : Ta place de femme libre. Parce que tu parles beaucoup de liberté et d’indépendance dans tes musiques n’est-ce pas ?

Marjolaine Piémont: Oui, je trouve que c’est important dans notre monde d’éradiquer la tutelle qu’on a vu pendant un certain temps, et qu’on ne voit plus aujourd’hui en France. comme le « Mademoiselle », comme si il fallait qu’on ait un nom de famille qui appartienne à un homme. Finalement c’est bien de continuer à se battre pour avoir sa place en tant que femme.

Djazia Benhabilés : Raconte-nous l’aventure « Mozart L’opéra Rock »

Marjolaine Piémont : C’était une aventure fabuleuse, je les remercie tous. On part avec des gens qui font partie du métier du spectacle : des ingénieurs son, lumières, des danseurs… Ce sont de très belles rencontres. On fait tout ensemble.

Djazia Benhabilés : Un peu comme une famille ?

Marjolaine Piémont: C’est une grande famille oui.

Djazia Benhabilés : Ça te manque aujourd’hui ?

Marjolaine Piémont: Non parce que je fais autre chose aujourd’hui. Cette comédie musicale m’a permis d’aller à la rencontre de beaucoup de spectateurs, car elle a eu beaucoup de succès.

Djazia Benhabilés : Est-ce que cette aventure a été un tremplin pour toi ?

Marjolaine Piémont: Je ne sais pas, peut-être. Mais ce qui est incroyable c’est qu’on soit sous les feux de la rampe, on apprivoise de nouvelles scènes. Je n’avais jamais fait Bercy avant ( sourires) et surtout , tout d’un coup il y des personnes qu’on ne connait pas, qui nous suivent tout au long de notre carrière artistique.

Djazia Benhabilés : Tu poses une multitude d’interrogations sur une de tes chansons : « à quoi ça sert d’avoir des mains si personne ne les baisent , d’avoir une robe si personne ne l’enlève ».
C’est un appel à l’amour ?

Marjolaine Piémont : Oui c’est surement ça. Je me souviens d’une phrase de Candide dans Voltaire : « à quoi ça sert d’avoir un nez ? Le nez a été fabriqué pour porter des lunettes. » Je pense que l’épaule a été fabriquée pour que quelqu’un y pose sa tête.

Djazia Benhabilés : Qu’est ce qui t’inspire pour tes textes ?

Marjolaine Piémont: Mes amis, les hommes, mon quotidien.

Djazia Benhabilés : Tu revendiques « la chanson féminine piquante », qu’est-ce que c’est exactement ?

Marjolaine Piémont : Féminine, car je suis une auteur femme, et piquante

Djazia Benhabilés : Une petite pointe d’espièglerie ?

Marjolaine Piémont : Oui j’aime bien appeler un chat un chat, donc j’aime manier les mots de manière à ne pas choquer… mais interpeller.

Djazia Benhabilés : Donc tu chantes avec beaucoup d’espièglerie, l’amour, la liberté, la sensualité. Qu’est ce qui a fait que tu sois partie dans cette orientation là ?

Marjolaine Piémont: C’est mes lectures, comme Barbara, qui m’a beaucoup inspiré. Elle a des chansons délicieuses.

Djazia Benhabilés : Est-ce que tes chansons te ressemblent ?

Marjolaine Piémont: Oui puisque c’est moi qui écris les textes ( sourire)

Djazia Benhabilés : Tu es donc comme ça dans la vie ?

Marjolaine Piémont : J’essaye…. j’essaye de trouver un peu de liberté dans une vie qui peut être parfois un peu morose.

Djazia Benhabilés : j’ai écouté ta chanson : cest beau UN homme a poils, dis donc c’est un appel à la testostérone ( rires)

Marjolaine Piémont : ( éclat de rire) oui un appel à la fermeture des instituts de beauté. Non plus sérieusement, je trouve que quand on est une femme et qu’on rencontre un homme on est si diffèrent ! J’aime l’homme Robinson. L’homme idéal serait un homme qui pourrait subvenir à tous nos besoins. Une nuit, quand je regardais chasse et pêche à la télé, je me suis dit que l’homme idéal serait celui qui pourrait ramener l’animal mort. Chasser, pécher et créer une maison avec des brindilles. Je pense que c’est ça l’homme dans toute sa splendeur.

Djazia Benhabilés : Pour finir, quels sont tes projets ? Je sais qu’il y a déjà ton album qui sort bientôt !

Marjolaine Piémont : Oui en 2017. L’EP « c’est presque un animal » est presque un album. Il y aura 7 ou 8 autres titres. et des surprise ! Le 7 décembre je vais présenter ces chansons-là, puisque je suis en concert en avant-première à la manufacture chanson.

Djazia Benhabilés : On sera au rendez-vous, merci Marjolaine pour cette rencontre. A très bientôt.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos du rédacteur

Associé et Fondateur actumedias.fr

Rédiger une réponse