mercredi, août 12, 2020
ActuMédias.fr | Webzine 100%  culturel & musique  Chroniques et Interviews !

Interview Abel Chéret : « Quand j’écris, je lis beaucoup de poésies » !

Auteur, compositeur, interprète, Abel Chéret a commencé la chanson avec son groupe de rock du lycée, aux Sables d’Olonne, en Vendée. Ce groupe, c’était Les Cerfs-Volants, devenu peu de temps après Léonie, dont les musiques inondent sur les ondes depuis près d’un an. Abel Chéret a lui préféré faire une carrière solo. Aujourd’hui, il fait les premières parties de Vanessa Paradis à l’Olympia et va sortir son deuxième EP.

Comment êtes-vous devenu auteur-compositeur interprète ?

J’ai grandi aux Sables d’Olonne, en Vendée, et j’ai commencé à chanter avec mon groupe de rock, au lycée. À l’époque on était 11, on s’appelait Les Cerfs-Volants puis nous sommes devenus les Léonie. Mais je suis partie au bout de deux ans.

Pourquoi avoir quitté le groupe Léonie, dont les chansons inondent les ondes depuis quelques mois ?

Nous n’avions pas les mêmes envies artistiques. Moi j’avais envie de quelque chose de plus personnel, de plus intime, qui ne collait pas forcément avec l’idée d’un groupe pop, que les autres voulaient défendre. Mais ce sont toujours mes potes, je les vois tout le temps. Et puis, c’est avec eux que j’ai appris la musique.

Vous vous consacrez entièrement à la chanson depuis cette période ?

Jusque-là, j’ai toujours eu des petits boulots alimentaires à côté. Mais la semaine dernière, j’ai signé un contrat avec un tourneur qui va organiser mes tournées pendant au moins deux ans. Il accompagne également des artistes comme Nach, la sœur de Matthieu Chedid, le duo français Aaron ou encore Clay and Friends, un groupe canadien.

Vous avez notamment fait la première partie de Vanessa Paradis à l’Olympia, comment l’avez-vous rencontrée ?

J’ai fait deux Olympia avec elle et deux autres concerts. Ça faisait plusieurs mois que je contactais des professionnels : des tourneurs, des producteurs. Et puis un jour, la tourneuse de Vanessa Paradis m’a appelée pour me dire qu’elle lui avait fait écouter mon EP, qu’elle aimait bien et qu’elle voulait me faire jouer pendant ces premières parties. Quelques semaines plus tard, elle m’a proposé quatre dates. Ça m’a donné une crédibilité et une légitimité dans le milieu. Et puis, jouer à l’Olympia, devant une salle quasi pleine et attentive, c’était vraiment super.

Vous avez sorti votre premier EP au printemps 2019, Amour Ultra Chelou, et un second devrait voir le jour en novembre prochain. À quoi peut-on s’attendre ?

Je sortirai environ cinq titres. Comme pour mon premier EP, je vais continuer à faire des chansons pop, électro avec des percussions électroniques. Dans Amour Ultra Chelou, j’avais beaucoup de chansons qui tournaient autour de l’amour, je vais rester un peu dans ce thème tout en élargissant à d’autres thématiques. Mais l’idée n’est pas d’aller explorer autre chose, ça restera dans la même veine.

Quelles sont vos sources d’inspiration pour l’écriture ?

Quand j’écris, je lis beaucoup de poésies, ça m’inspire dans la forme de l’écriture. Je lis des classiques : Verlaine, Raimbaud, Baudelaire, Prévert, Aragon…

Et musicalement j’aime bien me nourrir de tout ce qui n’est pas trop proche de ce que je fais : des musiques cubaines, de l’électro, du hip-hop… Si j’écoute des nouvelles scènes au moment où j’écris, cela va trop m’influencer, je vais être moins pertinent, moins intéressant dans l’écriture.

L’épidémie de coronavirus vous a obligé à annuler plusieurs concerts, quelles sont toutes les conséquences pour votre activité ?

À cause de l’épidémie de coronavirus, ma tournée de printemps a été annulée. Nous avions programmé cinq dates, notamment à Nantes et au Mans. Et puis je devais aller aux Sables d’Olonne pour prendre du temps pour écrire les chansons de mon nouvel EP mais malheureusement je suis obligé de rester à Paris. J’espère annoncer rapidement de nouvelles dates.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos du rédacteur

Fondateur actumedias.fr

Rédiger une réponse