ActuMédias.fr | Webzine 100%  culturel & musique  Chroniques et Interviews !

Cendrio en concert à Paris : « il nous emporte dans son univers ! »

Le 27 janvier, le chanteur-guitariste Cendrio était en concert au Ze Artist’s Café-Théâtre, à Paris. Devant une cinquantaine de personnes, il a présenté son album « A la bonne heure ». Alliant poésie et humour, le chanteur venu du sud-est veut conquérir Paris. Il s’attaque à la capitale par des débuts prometteurs. Samedi,  la salle était captivée.

Une guitare sèche à la main, une chemise à carreaux, et les cheveux en batail, Cendro est venu sans artifice face au public. La salle est plongée dans l’obscurité et seule une timide lumière éclaire le chanteur quand il commence à pincer les cordes de son instrument. Quelques sons rythmés par des accords bien choisis suffisent pour envahir la salle de criquets et de chaleur du sud. Cendrio fait de ses origines sudiste une revendication mais aussi une inspiration pour ses textes, comme l’affirme Tatiana : « au début j’avais très froid, et puis, aller vers le sud, vers l’Italie, ça réchauffe tout de suite ! ».

« Dans la vie, je suis un peu cash »

Au fil des chansons, Cendrio dévoile un personnage sensible, mais qui continue sa vie malgré les blessures amoureuses. Le temps d’une chanson, il nous parle de « Léa », dont l’absence de nouvelles est aussi dure qu’une « balle », « un obus », « un éclat ». Il rend aussi hommage à « Charlie » dans sa musique, et parle de la dureté de la guerre.

Malgré la gravité de ces thèmes, Cendrio s’autorise un ton taquin aux tonalités « un peu cash » et sensuelles. Avec cette même Léa, dont il soulage l’absence à l’aide de « sa main », ou cette autre femme, qui « crie, en veut encore, soulevant la jupe de son index », et qui « bouge son corps en se caressant le sexe », on comprend que malgré une certaine mélancolie, le chanteur reste bon vivant, « un peu cash » comme il nous le confie lui-même. « C’est très touchant, et en même temps un peu audacieux, voir cynique » affirme Pascale le sourire en coin, après le concert.

« Il manie aussi bien la guitare que l’harmonica »

Ses textes marquent le public, mais sa capacité à jongler entre sa voix, sa guitare et son harmonica est aussi saisissante pour Pascale : « Il manie aussi bien la guitare que l’harmonica ». Les accords sont recherchés, et Cendrio alterne habilement entre des rythmes calmes et la puissance de sa voix, qui agit sur le public comme une catharsis. « Il y avait beaucoup de rythme, et la mélodie était enchanteresse » pour Tatiana. La jeune fan, emportée pendant le concert, ajoute : « sa musique est une ritournelle qui nous prend et on entre dans son esprit ».

« Il a créé une connexion avec le public »

La plus grande force de cette voix du sud est le lien fort qu’il a réussi à créer avec ses spectateurs. « C’est très intime, il a créé une connexion avec le public » nous confie Nathanaël à la fin du concert. A plusieurs reprises, Cendrio invite le public à reprendre ses refrains. A chaque applaudissement, il leur lance des « merci » chargés d’émotion pour témoigner de sa reconnaissance. Mais surtout, ses chansons ne sont pas que des interprétations, il raconte une histoire à son public, « qui se reconnait un peu dans ses textes » selon Isabelle. Il lui confie ses secrets, et se dévoile. Il n’a plus face à lui des spectateurs, mais bien des confidents. C’est ce qui fait la force de ce chanteur. Sa capacité à délivrer des textes poétiques et populaires, sur un rythme et des accords travaillés. Comme le résume Tatiana : « C’était très beau ».

Propos recueillis Ines GIL

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos du rédacteur

Associé et Fondateur actumedias.fr

Rédiger une réponse